Définition

La chirurgie post bariatrique est la chirurgie de la silhouette après amaigrissement, que l’amaigrissement soit d’origine personnelle (règles hygiéno-diététiques), médicale (régime nutritionnel) ou chirurgicale (sleeve, by-pass, anneau).

De fait, la chirurgie post bariatrique ne peut pas s’adresser à des patients qui n’ont pas perdu de poids.

La perte de poids s’entend lorsque le poids initial était pathologique et constituait un facteur de risque avéré pour la santé.

La quasi-totalité des patients de chirurgie post bariatrique sont des anciens obèses. On définit l’obésité à partir du seuil de 30 d’IMC. On parle d’obésité morbide à partir de 40 d’IMC, stade à partir duquel la chirurgie bariatrique est possible.

 

Les interventions

Elles ont toutes en commun l’objectif d’enlever les excès de peau horizontaux/verticaux à l’aide de grandes cicatrices, mais pas d’enlever l’excès général de graisse.

Elles sont parfois associées à une lipoaspiration lorsqu’il persiste un léger reliquat graisseux.

Elles sont parfois associées à une ré-injection de graisse lorsque il manque du volume (seins, fesses).

En partant du haut du corps vers le bas, on peut lister les interventions de :

  • lifting cervico-facial
  • Blépharoplastie
  • Brachioplastie (lifting des bras)
  • Mastopexie (lifting des seins)
  • Gynécomastie pour les hommes
  • Dermolipectomies abdominales
  • Dermolipectomies dorsales (upper bodylift)
  • Dermolipectomies circulaires (lower bodylift)
  • Cruroplastie (lifting des cuisses)

Chaque intervention dure entre 3 et 6 heures. Elle est généralement suivi de 24 à 48h d’hospitalisation. La période de convalescence post-opératoire demande entre 10 et 20 jours.

Le résultat de l’intervention se profile à partir du 6ème/9ème mois et le délai entre 2 interventions est de 6 mois minimum.

Compte-tenu de la durée de chaque intervention, il ne parait pas raisonnable de réaliser dans le même temps opératoire le traitement de 2 sites. Les risques deviennent exponentiels.

Il faudra donc hiérarchiser l’ordre des interventions lors du premier RDV, de la plus utile à la moins indispensable.

Pour plus d’informations sur les spécificités de chaque intervention, retrouvez les explications ICI

 

Les prises en charge Sécu

Les prises en charge par l’Assurance Maladie sont TRES restrictives.

Si l’obésité est une maladie pour l’Assurance Maladie, l’excès de peau n’en est pas une.

Ainsi, la chirurgie post bariatrique est considérée par l’Assurance Maladie comme une chirurgie de confort.

Certaines ne sont jamais prises en charge, comme le lifting du visage ou des seins.

Les autres sont soumises à Entente Préalable et les critères font TOUS appel sans exception à la notion de perte de poids pour obésité morbide et beaucoup à la notion de chirurgie bariatrique.

Ce qui veut dire qu’il ne faut pas espérer de prise en charge par l’Assurance Maladie si votre IMC n’a pas été supérieur à 40 voire si vous n’avez pas eu de chirurgie bariatrique.

L’Entente Préalable est rédigée par le chirurgien lors de la consultation si il estime que vous remplissez les critères définis par l’Assurance Maladie. Il ne le fera pas le cas contraire.

Ensuite, vous serez convoquez par le médecin conseil de votre caisse d’assurance qui vérifiera les critères d’éligibilité et donnera un accord ou un refus.

En cas de refus, vous pourrez faire appel. En cas de refus définitif, l’intervention reste réalisable mais totalement à la charge du patient.

Pour plus d’informations sur les tarifs de chaque intervention, c’est ICI

 

Les contre Indications

Les contre-indications de la chirurgie post bariatriques sont les mêmes que toutes les interventions.

En temps que chirurgie de confort, il convient de pondérer le rapport bénéfice risque avec au moins 2 consultations pré-opératoires.

Les interventions étant longues (entre 3 et 6 heures), une précaution toute particulière vis-à-vis de la phlébite et de l’embolie pulmonaire doit être de mise.

L’obésité est, entre autre, un facteur de risque de phlébite. Ainsi, un patient qui n’a pas suffisamment maigri ne devrait pas être opéré. La littérature parle de sur-risque opératoire pour les IMC supérieurs à 27.

La dénutrition est aussi un sérieux facteur de risque de complications et elle est fréquente chez des patients qui ont subi un court-circuit alimentaire.

D’ailleurs la plupart des “bariatriques” ont l’obligation d’un suivi nutritionnel post-opératoire et souvent une complémentation vitaminique.

La carence en protéines (dénutrition) est souvent méconnue et participe largement à la fréquence des complications post opératoires. On ne peut pas cicatriser si on n’a pas de protéines.

Il faut envisager l’intervention chirurgicale comme une compétition. Vous ne pouvez pas courir un semi-marathon sans l’entrainement qui va avec. Une certaine préparation physique à la chirurgie est nécessaire.

 

Conclusion

La chirurgie post bariatrique connait le même développement que la chirurgie bariatrique, une véritable explosion depuis 20 ans !

Cependant, c’est une chirurgie longue, multiple laissant de grandes cicatrices. Il convient de toujours évaluer correctement le rapport bénéfice risque de ces interventions à visée esthétique et fonctionnelle.

L’Assurance Maladie ne les prend pas en charge en totalité, ni dans les indications ni dans les remboursements. C’est un autre niveau de choix, mais il faudra aussi prioritiser en fonction du rapport coût/bénéfices.

 

Retourner à la liste des Articles et Publications du Dr POTIER.

Pour en savoir plus sur le coût de chaque procédure, rendez-vous sur la page dédiée.

Pour prendre un RDV de consultation avec le Dr. POTIER, rendez-vous sur la page dédiée.