Définition et diagnostic

La chirurgie de l’intimité féminine est en pleine croissance, proportionnelle à la libération de la parole des femmes et des pratiques sexuelles. Longtemps ignorées dans leur intimité, aujourd’hui, on connait enfin les grands principes anatomiques féminins. Imaginez donc, la forme et l’implantation du clitoris ne sont réellement connus que depuis une 10aine d’année. L’accès facilité à la pornographie sur internet, la dépilation totale et définitive ont aussi entrainé la normalisation de l’aspect de la vulve.

Dans cette publication, nous nous proposons de passer en revue une partie des interventions de chirurgie de l’intimité les plus fréquemment demandées, de les décrire sommairement tant dans leurs indications, déroulement que résultats.

Nymphoplastie de réduction

L’appareil génital féminin se développe sous dépendance hormonale. Dans certaines situations, les nymphes (les lèvres génitales les plus internes, celles qui sont glabres et protègent l’entrée du vagin) peuvent avoir une dimension gênante, sans que l’on puisse définir de taille “normale”.

On parlera d’hypertrophie des nymphes quand leur extension déborde largement au delà du plan des lèvres les plus externes (les lèvres génitales pileuses). Cette hypertrophie peut être présente dès l’adolescence ou apparaître secondaire à l’issu d’une grossesse. Le volume des nymphes peut parfois devenir une gêne visuelle après une épilation génitale totale, une gène esthétique quand leur couleur vire au marron ou une gêne fonctionnelle dans des vêtements prêts du corps ou dans la pratique sportive, vélo essentiellement.

La chirurgie de réduction des nymphes, dite nymphoplastie, est une intervention prise en charge par l’Assurance Maladie. Dans ma pratique, elle se déroule essentiellement sous anesthésie générale en chirurgie ambulatoire. Il n’y a pas de soins particulier après l’intervention qui est inconfortable pendant une semaine. Un arrêt de travail de quelques jours peut être prescrit et il faut respecter 3 semaines d’abstinence sexuelle. Il n’y a pas de fil à enlever et un RDV de contrôle à 3 semaines permet de vérifier la bonne cicatrisation et autoriser la reprise des activités sportives.

Parfois, la nymphoplastie de réduction peut être associée à l’augmentation de volume des grandes lèvres. Cf ci-après

Augmentation de volume des grandes lèvres

L’appareil génital féminin se développe sous dépendance hormonale. Dans certaines situations, les grandes lèvres peuvent subir une involution en vieillissant sans que l’on puisse définir de taille “normale”. Elle deviennent plates et vides pour au final ne plus recouvrir les nymphes. La patiente vient donc avec l’intention de se faire réduire les petites lèvres mais en réalité, l’anomalie concerne les grandes

La chirurgie d’augmentation du volume des grandes lèvres peut être réalisée conjointement à la réduction des nymphes ou de manière totalement séparée. Cette intervention est prise en charge par l’Assurance Maladie uniquement si elle est associée à la chirurgie des nymphes. Elle consiste à prélever de la graisse face interne des cuisses ou de l’abdomen, puis à purifier cette graisse en enlever l’huile et le sang. Ensuite la graisse est réinjectée dans le corps des grands lèvres par des trous d’aiguille, en plusieurs plans pour en favoriser la prise.

Dans ma pratique, elle se déroule essentiellement sous anesthésie générale en chirurgie ambulatoire. Il n’y a pas de soins particulier après l’intervention qui est inconfortable pendant une semaine. Il faut respecter 3 semaines d’abstinence sexuelle. Il n’y a pas de fil à enlever et un RDV de contrôle à 3 semaines permet de vérifier la bonne cicatrisation et autoriser la reprise des activités sportives. Au début, le volume des grandes lèvres parait disproportionné car la graisse est associée à de l’oedème qui régresse en quelques semaines puis 30% de la graisse fond en 3 mois.

Une proposition thérapeutique alternative au cabinet peut être proposée en cas d’augmentation seule des grandes lèvres. Il peut être injecté de l’acide hyaluronique sans anesthésie. Le DESIRIAL PLUS a été développé dans cette indication. L’acide hyaluronique étant par définition, temporaire, il conviendra de répéter la procédure une fois par an.

Hyménoplastie de rétrécissement

La chirurgie d’hyménoplastie est majoritairement (uniquement ?) une chirurgie pour convenance religieuse. Elle consiste à resserrer les fragments hyménéaux pour donner l’illusion que l’hymen est intact. L’hymen est un repli de la paroi du vagin. Celui-ci est normalement perforé pour l’évacuation des règles. Ne pas avoir l’hymen perforé est une maladie qui peut être source de grande douleur chez la jeune fille car les règles ne peuvent plus être évacuées.

Il est à noter que certaines femmes n’ont naturellement pas d’hymen clairement visible. On ne peut donc pas définir de taille d’hymen normal ni de taille d’orifice normal. Le resserrement de l’hymen ne permet en aucun cas de retrouver sa virginité et ne garantit en aucun cas un saignement lors du prochain rapport. En France, les certificats de virginité sont interdits et personne ne peut exiger un tel document de la part d’un médecin en vue d’un mariage.

La chirurgie d’hyménoplastie consiste donc à resserrer les fragments hyménéaux restants lorsque ils sont en quantité suffisante. Le cas contraire, des lambeaux repliés de paroi vaginale peuvent être utilisés. Cette intervention n’est pas prise en charge par l’Assurance Maladie.

Dans ma pratique, elle se déroule essentiellement sous anesthésie générale en chirurgie ambulatoire. Il n’y a pas de soins particulier après l’intervention qui est inconfortable pendant une semaine. Il faut respecter 3 semaines d’abstinence sexuelle. Il n’y a pas de fil à enlever et un RDV de contrôle à 3 semaines permet de vérifier la bonne cicatrisation et autoriser la reprise des activités sportives.

Vaginoplastie

Après un accouchement traumatisant (gros bébé, forceps, etc.) ou après amaigrissement majeur, la femme peut avoir l’impression d’un relâchement des parois de son vagin. Cette sensation est appelée le syndrome de la chaussette vide. Cette sensation peut être très inconfortable car “Madame à l’impression de ne plus sentir Monsieur” et cela entraine une certaine tension dans le couple. Naturellement, le vagin est une cavité extensible, ne contenant rien en temps normal mais capable de s’adapter à la taille de ce qui y pénètre ou de ce qui en sort, jusqu’à une certaine limite.

La chirurgie de vaginoplastie peut consister à réduire le périmètre du vagin en réduisant la largeur de la muqueuse ou en augmentent le volume du autours du vagin en injectant de la graisse en périphérie. Cette intervention peut être prise en charge par l’Assurance Maladie après traumatisme obstétrical.

La vaginoplastie peut être associée à la reprise de la cicatrice d’épisiotomie qui peut être source de douleur élective et d’inconfort. Cette cicatrice peut constituer une bride ou un décalage qui rendent difficile l’activité génitale ou sportive. Il convient alors de débrider la zone avec des plasties en Z avec parfois un travail sur les muscles sphinctériens s’ils ont été abimés.

Une proposition thérapeutique alternative au cabinet peut être proposée pour assouplir les cicatrices d’épisiotomie et en cas de sècheresse vaginale. Il peut être injecté de l’acide hyaluronique sans anesthésie. Le DESIRIAL a été développé dans cette indication. L’acide hyaluronique étant par définition, temporaire, il conviendra de répéter la procédure deux  fois par an.

Dépilation

La dépilation de l’intimité peut concerner le Sillon Inter Fessier, le Pubis, le Maillot, les lèvres ou la totalité. Les méthodes employables sont la cire avec le risque de brûlure, le rasoir avec le risque de coupure, de kyste et d’infection ou la lumière (IPL ou LASER)

Seule la dépilation LASER permet la meilleure sécurité initiale (pas de risque de coupure) et le meilleur résultat à long terme (définitive après un traitement complet)

Dans certaines situations, la dépilation de l’intimité féminine peut être prise en charge par l’Assurance Maladie ; en particulier en cas d’hyperandrogénie pathologique ou de maladie de Verneuil. Pour plus de renseignement, je vous invite à consulter ma page dédiée à la dépilation LASER.

Conclusion

La Chirurgie de l’intimité féminine est vaste et est en pleine extension. Certaines demandes peuvent être une reconstruction après un traumatisme ou dans un souci esthétique pur. Les interventions peuvent être combinées. Pour un diagnostic personnalisé et un devis adapté, je vous invite à prendre RDV auprès de mon cabinet.

 

Retourner à la liste des Articles et Publications du Dr POTIER.

Pour en savoir plus sur le coût de chaque procédure, rendez-vous sur la page dédiée.

Pour prendre un RDV de consultation avec le Dr. POTIER, rendez-vous sur la page dédiée.